L'Abbatiale de la
Liturgie Apocryphe

Montréal, p.Q.

 

Les Rose
Félix Rose, Canada, 2020, 127 min

 

En octobre 1970, des membres du Front de libération du Québec enlèvent le ministre Pierre Laporte, déclenchant une crise sans précédent au Québec. Cinquante ans plus tard, Félix Rose tente de comprendre ce qui a pu mener son père et son oncle à commettre de tels actes.

 

Les Rose (2020) de FÉLIX ROSE

 

***

 

*La crise d’Octobre a 50 ans : retour sur les événements

 



 

***

 

Les relations ANGLO-FRANCO dans
le cinéma québécois :

Quebec My Country Mon Pays (2016) by JOHN WALKER (November 17, 2016)
Montréal New Wave (2016) de ÉRIK CIMON (February 26, 2016)
Between the Solitudes (1992) by ABBEY JACK NEIDIK (January 13, 2016)
La langue à terre (2013) de JEAN-PIERRE ROY & MICHEL BRETON (January 8, 2016)
Les États-Désunis du Canada (2012) de MICHEL BARBEAU, GUYLAINE MAROIST & ÉRIC RUEL (December 8, 2015)
Reaction: A Portrait of a Society in Crisis (1973) by ROBIN SPRY (May 1, 2015)
Le journal de madame Wollock (1979) de GILLES BLAIS (January 15, 2015)
Le sort de l’Amérique (1996) de JACQUES GODBOUT (January 16, 2015)
Speak White (1980) & Le temps des bouffons (1985) de PIERRE FALARDEAU et JULIEN POULIN (January 20, 2015)
Le mouton noir (1992) & Les héritiers du mouton noir (2003) de JACQUES GODBOUT
(January 22, 2015)
Le confort et l’indifférence (1981) de DENYS ARCAND (January 26, 2015)
Le chat dans le sac (1964) de GILLES GROULX (April 7, 2014, à la toute fin de l’entrevue)
Québec Soft (1985) de JACQUES GODBOUT (June 24, 2011)
Mon oncle Antoine (1971) de CLAUDE JUTRA (December 24, 2010)
Les événements d’octobre 1970 (1974) de ROBIN SPRY (October 6, 2010)

A Roman Catholic diocese in New York City’s suburbs Thursday became the largest in the U.S. to declare bankruptcy, seeking relief from a torrent of lawsuits filed after the state suspended the statute of limitations for suing over sexual abuse by priests.

 

The Diocese of Rockville Centre, which encompasses much of Long Island and 1.4 million Catholics, said in filing for Chapter 11 protection that it will ask a bankruptcy court to put all cases on hold so that they they can be settled together — a process it says is more equitable but that victims say limits their ability to get at the truth.

 

“The financial burden of the litigation has been severe and only compounded by the COVID-19 pandemic,” Bishop John Barres said in a video and letter on the diocese’s website. “Our goal is to make sure that all clergy sexual abuse survivors and not just a few who were first to file lawsuits are afforded just and equitable compensation.”

 

More than 200 lawsuits have been brought against the diocese since the 2019 passage of a New York law that gives victims the right to sue over decades-old sexual abuse by clergy members, teachers and other adults. Previously, the statute of limitations in the most serious such cases ran out when the victim turned 23.

 

The Diocese of Rockville Centre fought the law in court, arguing it was unconstitutional. When a state appeals court last month refused to halt such lawsuits, the diocese said it had no choice but to file for bankruptcy.

 

In its filing, the diocese listed up to $500 million in estimated liabilities from lawsuits.

 

“What became clear was that the diocese was not going to be able to carry out its spiritual, charitable and educational missions if it were to continue to shoulder the increasingly heavy burden of litigation expenses associated with these cases,” Barres said in announcing the bankruptcy.

 

Jeff Anderson, a lawyer for 73 people suing the Rockville Centre Diocese over alleged abuse, slammed the bankruptcy filing as “strategic, cowardly and wholly self-serving.”

 

John Schratwieser, who alleges a diocese priest abused him about 40 years ago, said the filing seemed like “an easy way for the church to get out of claiming full responsibility for what happened.”

 

“This is legalese and this is corporate protection,” Schratwieser said. “This has nothing to do with the teachings of Jesus Christ.”

 

Janet Klinger, the head of Long Island chapter of the Survivors Network of those Abused by Priests, was skeptical of the diocese’s need for bankruptcy protection. She said other dioceses have cried poverty while squirreling away assets to keep them out of creditors’ hands, such as Milwaukee, which was able to shield $50 million in a cemetery fund.

 

“Based on history, it is clear that church officials use bankruptcy court not because of indigence, but out of fear,” said Klinger, who said she is also a victim of abuse in the Rockville Centre Diocese.

 

The New York law gives people until next August to sue over long-ago allegations. Three other dioceses in the state filed for bankruptcy within the last 13 months: Syracuse, Rochester and Buffalo.

 

Last year, dioceses in Guam and Harrisburg, Pennsylvania, filed for bankruptcy, and in May, it was the Archdiocese of New Orleans. In all, about two dozen dioceses or archdioceses in the U.S. — including Portland, Oregon; San Diego; and St. Paul-Minneapolis — have sought such protection in the face of lawsuits over sexual abuse since the early 2000s.

 

The Rockville Centre Diocese started a compensation program in 2017 for victims of sexual abuse, and so far it has paid more than $62 million to about 350 people, officials said.

 

Across the U.S., Catholic dioceses have paid out about $4 billion since the 1980s because of sexual abuse. Recently enacted lookback laws in more than a dozen states, including New York, could result in thousands of new cases against the church and at least $4 billion in additional payouts, the Associated Press has estimated.

 

Barres said most of Rockville Centre’s operations will continue despite the bankruptcy filing. He said that employees and vendors will be paid and that parishes and schools are separate legal entities not covered in the bankruptcy filing. In other places, bankrupt dioceses have shed jobs and sold off properties to cut costs and fund settlements.

 

The Associated Press generally does not identify people who say they are victims of sexual assault unless they consent to being identified publicly, as Schratwieser and Klinger have done.

 

__

 

Associated Press writers Karen Matthews in New York and Carolyn Thompson in Buffalo, New York contributed to this report.

 
 

Michael R. Sisak and David R. Martin
AP News

 
 

***

 

bishop-accountability.org : Documenting the Abuse Crisis in the Roman Catholic Church

 

***

 

  1. ProPublica Releases a List of 6,754 Priests Accused of Sexual Abuse (January 28, 2020)
  2. Le pape François lève le secret pontifical sur les agressions sexuelles (December 17, 2019)
  3. 100s of Accused Priests Living Under Radar With No Oversight (October 4, 2019)
  4. Abus sexuels sur mineurs dans l’Eglise : le pape blâme “Satan” et déçoit les victimes (February 24, 2019)
  5. Pope defrocks ex-cardinal Theodore McCarrick over abuse claims (February 16, 2019)
  6. Pope Acknowledges Nuns Were Sexually Abused by Priests and Bishops (February 5, 2019)
  7. More than 500 priests accused of sexual abuse not yet publicly identified by Catholic Church, Illinois attorney general finds (December 20, 2018)
  8. Prendre la mesure du scandale des prêtres pédophiles au Québec (October 10, 2018)
  9. Abus: le pape exprime sa «honte», Dublin lui demande d’agir (August 25, 2018)
  10. Pennsylvanie: 300 prêtres accusés de pédophilie, plus de 1000 victimes (August 14, 2018)
  11. Cardinal Theodore McCarrick Resigns Amid Sexual Abuse Scandal (July 28, 2018)
  12. Les 34 évêques chiliens offrent leur démission après un scandale de pédophilie (May 18, 2018)
  13. Le cardinal australien Pell sera jugé pour agressions sexuelles (May 1, 2018)
  14. Pope revives lapsed sex abuse commission amid skepticism (February 17, 2018)
  15. Le pape exprime sa “honte” pour des cas de pédophilie dans le clergé chilien (January 16, 2018)
  16. Vatican police ‘break up gay orgy at home of secretary of one of Pope Francis’s key advisers’
    (July 5, 2017)
  17. Pédophilie dans l’Eglise : le poids du silence (2017) présenté par ELISE LUCET (May 18, 2017)
  18. One in 14 Catholic priests accused of abuse in Australia (February 6, 2017)
  19. Des prêtres de Montréal se verront interdire d’être seuls avec des enfants (June 23, 2016)
  20. Le pape crée une instance pour juger les évêques couvrant des abus sexuels (June 10, 2015)
  21. Les propos du pape sur la pédophilie ont des échos jusqu’au Québec (July 15, 2014)
  22. Des victimes de prêtres veulent Mgr Ouellet comme pape (March 11, 2013)
  23. Pornographie juvénile : un prêtre de Sorel-Tracy accusé (March 8, 2013)
  24. Congrégations générales – Les problèmes de l’Église sur la table (March 7, 2013)
  25. Agressions sexuelles: un deuxième frère de Sainte-Croix sera arrêté (December 29, 2012)
  26. Symposium sur la pédophilie – Le pape appelle au «renouveau de l’Église» (February 15, 2012)
  27. Pornographie juvénile – Sitôt condamné, l’ex-évêque Lahey est libéré (January 5, 2012)
  28. Église néerlandaise: des «dizaines de milliers» de mineurs abusés sexuellement (December 16, 2011)
  29. Pédophilie – L’Église veut éduquer son clergé par Internet (June 28, 2011)
  30. Former Catholic bishop Raymond Lahey pleads guilty to child pornography charges (May 4, 2011)
  31. Pédophilie – Le Vatican va envoyer une «circulaire» aux évêques (November 20, 2010)
  32. Undercover Reporter Films Priests At Gay Clubs (July 26, 2010)
  33. Le Vatican durcit les règles contre la pédophilie (July 15, 2010)
  34. Top Catholic Priest Accused of Sexually Abusing His Own Sons (June 25, 2010)
  35. Pope addresses priest abuse scandal (June 11, 2010)
  36. Vatican Sex Abuse Prosecutor: Guilty Priests Are Going To Hell (June 4, 2010)
  37. Priest Accused Of Abusing Boy, Turning Home Into ‘Erotic Dungeon’ Surrenders To Police
    (May 26, 2010)
  38. Le Vatican publiera un guide contre la pédophilie (April 9, 2010)
  39. Agressions sexuelles par des membres du clergé – Les victimes exigent la démission de Mgr Ouellet
    (February 17, 2010)

***

 

La névrose chrétienne (1976) par le Docteur PIERRE SOLIGNAC (May 25, 2012)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

*Each circa 1930. Each 495×360 mm; 19 1/2×14 1/4 inches, full margins. Published by Vincenzo Bona, Turin.

 

 

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962)

OLGA FRÖBE-KAPTEYN (1881-1962) by Natalie Bell

 

OLGA FRÖBE-KAPTEYN
(1881, London, United Kingdom – 1962, Ascona, Switzerland)

 

Olga Fröbe-Kapteyn was an outsider artist active in Switzerland. She created art in keeping with her studies in philosophy and spirituality, much in the vein of the cult favorite Hilma af Klint.

 

***

 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Home stretch……..

Une publication partagée par Thomas Hooper (@thomas__hooper) le

PIERRE-NICOLAS RIOU

Illustration: Pierre-Nicolas Riou. Selon ce que les espions affirment avoir entendu à la séance maçonnique du 11 février, les membres de L’Émancipation ont mis sur pied un projet de complot contre l’Église catholique lors du Congrès eucharistique international, qui doit se tenir à Montréal en septembre.

 
 

À l’été 1910, une affaire de complot ourdi par des francs-maçons fait les manchettes des journaux montréalais. La conspiration viserait ni plus ni moins qu’à nuire à l’Église catholique. Première de trois parties d’une série qui retrace les événements qui ont marqué cette étrange histoire.

 

Le 11 février 1910, vers 21 h, des hommes pénètrent dans un appartement situé dans l’édifice du journal La Patrie, au coin des rues Sainte-Catherine et de l’Hôtel-de-Ville, à Montréal. Ils sont venus assister à une séance secrète de la loge maçonnique L’Émancipation.

 

Rattachée au Grand Orient de France, cette loge réunit depuis 1896 des Canadiens français qui ne se reconnaissent plus dans la franc-maçonnerie d’obédience anglaise. Leur préoccupation principale concerne l’éducation, qu’ils souhaitent laïciser et démocratiser.

 

Ce soir-là, ils sont entre vingt et trente hommes qui passent en revue les sujets habituels : le secret maçonnique, l’adhésion de nouveaux membres, l’instruction publique et la lutte contre la mainmise qu’exerce sur celle-ci l’Église catholique. Ils veulent « affranchir le peuple canadien du despotisme clérical », d’où le nom de leur loge. Durant la séance, un autre dossier s’ajoute toutefois à l’ordre du jour. Un des maçons met sur la table un projet controversé qui suscite la discussion chez les autres frères. Mais ce dont les membres présents ne se doutent pas, c’est qu’ils sont épiés et que leurs propos sont consignés par écrit…

 

Dans l’appartement situé juste au-dessous, trois hommes s’affairent à scruter et à répertorier les individus qui entrent dans le logement du haut. Il s’agit de l’agent de publicité du journal Le Devoir Charles-Albert Millette, de l’ingénieur Victor-Elzéar Beaupré et du médecin Joseph-Charles Bourgouin. Les trois hommes et deux autres comparses, qui ne sont pas présents ce soir-là, espionnent depuis des semaines les séances de cette loge. Ils sont issus de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (ACJC), dont Beaupré est le président.

 

Fondée en 1904 par les jésuites, cette association cherche à entretenir le sentiment national et catholique auprès de la jeunesse. Elle veut notamment contrer la tendance laïciste au sein de la société, comme l’incarne la loge L’Émancipation. L’Église veut défendre ses prérogatives en éducation et c’est pourquoi les taupes de l’ACJC sont mobilisées et ont pris l’initiative d’espionner ces francs-maçons.

 

Pour capter les propos tenus lors des séances de la loge, les espions ont pratiqué une ouverture dans le plafond de plâtre. Debout sur des escabeaux, ils sont armés de phonographes et de stéthoscopes. Ils perçoivent le moindre bruit, même le tic-tac de l’horloge. Ce qu’ils vont entendre ce 11 février sera à l’origine d’une importante commission d’enquête de la cité de Montréal qui va retenir l’attention médiatique durant l’été 1910.

 
 

Complot contre l’Église

Selon ce que les espions affirment avoir entendu à la séance maçonnique du 11 février, les membres de L’Émancipation ont mis sur pied un projet de complot contre l’Église catholique lors du Congrès eucharistique international, qui doit se tenir à Montréal en septembre. L’un des frères de la loge aurait proposé de profiter du nombre important de prêtres qu’il y aura alors dans la ville pour en tromper quelques-uns et les attirer sous des prétextes dans des maisons de prostitution.

 

L’un des membres de la loge, Narcisse Léon Grandchamp, inspecteur de la police à Montréal, doit procéder à l’arrestation des supposés fautifs. Le complot prévoit des photographes-journalistes pour immortaliser les prêtres tombés dans le guet-apens. Les journaux du lendemain achèveraient le travail…

 

D’après les espions, la machination aurait été pensée par l’inspecteur de police Grandchamp et le secrétaire de la loge, Ludger Larose, afin de ternir l’image de l’Église. La proposition suscite l’enthousiasme des maçons en dépit des réserves de certains qui trouvent le procédé malhonnête et craignent pour l’avenir de leur loge si le plan est dévoilé. Néanmoins, un comité aurait été mis sur pied pour étudier la question.

 
 

À la recherche de preuves

Les espions disent avoir été sidérés par ce qu’ils ont entendu. C’est pourquoi ils ont décidé de poursuivre l’espionnage durant quelques semaines, à la recherche de preuves. Le projet de complot ne revient cependant dans la discussion qu’une seule fois, à la séance du 11 mars, lorsqu’un membre s’informe de ce qu’il advient du comité créé un mois plus tôt. Selon les espions, il n’aurait reçu aucune réponse officielle de la loge.

 

Au mois d’avril, l’une des cinq taupes de l’ACJC, Albert-J. Lemieux, réussit à mettre la main sur des procès-verbaux des réunions de L’Émancipation. Pour ce faire, lui et trois complices ont commis un vol à main armée sur la personne du secrétaire Ludger Larose. Les documents dérobés ne révèlent toutefois rien sur le complot.

 

Déçu par l’opération, Lemieux en profite pour publier une brochure dévoilant le nom des membres et le descriptif de certaines réunions de la loge, ce qui porte un dur coup à cette organisation qui désire rester secrète. Pour son méfait, Lemieux est poursuivi par Larose, qui a fortuitement reconnu son agresseur dans une librairie. Lemieux sera toutefois acquitté par un jury devant la Cour d’assises de Montréal en mars 1911.

 
 

La dénonciation du complot

Finalement, le 20 juillet 1910, après avoir tergiversé sur ce qu’il convenait de faire, Charles-Albert Millette décide de révéler ce que lui et ses comparses ont entendu le soir du 11 février. Il envoie une lettre au conseil municipal de Montréal dans laquelle il déclare qu’« il est de [son] devoir impérieux de dénoncer les méthodes, les complots et conspirations de la loge L’Émancipation, dont la mise à exécution jetterait sur Montréal un honteux discrédit ». Il se tourne vers la Ville de Montréal, car deux membres de la loge en sont des employés : Louis Laberge, médecin et directeur du bureau d’hygiène, et l’inspecteur de police Grandchamp.

 

Dès la réception de la lettre de Millette, sans attendre, le conseil municipal, qui tenait une assemblée ce soir-là, vote une résolution et crée une commission spéciale d’enquête formée du maire de Montréal, James Guérin, et de six « échevins » [conseillers municipaux] pour enquêter sur les agissements de la loge L’Émancipation. Le mandat de la commission est de « s’enquérir, sans délai, selon la loi, du bien-fondé ou du mal fondé des accusations contenues dans la lettre de M. Millette ».

 

Au cours des jours qui suivent, les commissaires tenteront de faire la lumière sur cette mystérieuse affaire.

 

La suite la semaine prochaine…

 
 

Martin Lavallée
Le Devoir

 

***

 

PIERRE-NICOLAS RIOU

Illustration: Pierre-Nicolas Riou. Dans le premier épisode de cette série, un projet de complot contre l’Église catholique a été révélé au grand jour.

 

Un complot maçonnique au Congrès eucharistique de Montréal en 1910?

Martin Lavallée, Le Devoir, 8 août 2020

 

Dans le premier épisode de cette série, un projet de complot contre l’Église catholique a été révélé au grand jour. Il aurait été échafaudé par des membres de la loge L’Émancipation, dans le but de gâcher le Congrès eucharistique de septembre 1910. Le projet, censé ruiner la crédibilité des prêtres, a été dénoncé par les espions de l’Association catholique de la jeunesse canadienne-française (ACJC) à la Cité de Montréal, qui a immédiatement mis sur pied une commission d’enquête pour élucider cette histoire.

 

LIRE

 

***

 

PIERRE-NICOLAS RIOU

Illustration: Pierre-Nicolas Riou. Montréal, septembre 1910: la métropole est en ébullition et se prépare pour la tenue d’un grand événement: le XXIe Congrès eucharistique international.

 

Complot maçonnique ou complot catholique il y a 110 ans à Montréal?

Martin Lavallée, Le Devoir, 15 août 2020

 

À l’été 1910, une affaire de complot ourdi par des francs-maçons fait les manchettes des journaux montréalais. La conspiration ne viserait ni plus ni moins que de nuire à l’Église catholique. Troisième et dernière partie.

 

Dans le précédent épisode, on a suivi les travaux de la commission d’enquête montréalaise chargée de faire la lumière sur l’accusation de complot contre la loge maçonnique L’Émancipation à l’égard du Congrès eucharistique. Confrontée à deux versions des faits différentes et interrompue par un bref d’injonction prononcé par la Cour supérieure, la Commission a avorté sans avoir pu élucider cette affaire.

 

LIRE

 
 

*Merci cpeloquin_

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par 〰Marie-Douce St-Jacques〰 (@mariedoucestj) le

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cinémathèque québécoise (@cinemathequeqc) le

 

XPQ, traversée du cinéma expérimental québécois
Sous la direction de Ralph Elawani et Guillaume Lafleur

 

Productions Somme Toute
2020

 
 

La Cinémathèque québécoise est fière de s’associer aux Productions Somme Toute et à la toute nouvelle collection « N I T R A T E », dirigée par Ralph Elawani, pour faire paraître « X P Q, traversée du cinéma expérimental québécois ».

 

Un premier ouvrage du genre, mis en images par Marie-Douce St-Jacques, maquetté par Marie Tourigny et réalisé avec Alice ML, André Habib, Anithe de Carvalho, Charles-André Coderre, Doriane Biot, Éric Fillion, Fabrice Montal, Monika Kin-Gagnon, Nour Ouayda, Marcel Jean et Marco de Blois.

 

Ce lumineux volume, imaginé par Ralph Elawani et Guillaume Lafleur, traverse à grand renfort d’essais, d’entretiens, de photographies, de manifestes et de témoignages plus de 75 ans d’avant-garde d’ici.

 
 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Des premières maquettes jusqu’à l’objet physique… illustrer un livre. Et le plaisir de le tenir dans ses mains. 🌚🎥 #xpq #experimentalcinema

Une publication partagée par 〰Marie-Douce St-Jacques〰 (@mariedoucestj) le

L'Abbatiale de la
Liturgie Apocryphe

"The production of nervous force is directly connected with the diet of an individual, and its refining depends on the very purity of this diet, allied to appropriate breathing exercises.

The diet most calculated to act effectively on the nervous force is that which contains the least quantity of animal matter; therefore the Pythagorean diet, in this connection, is the most suitable.

...

The main object was to avoid introducing into the organism what Descartes called 'animal spirits'. Thus, all animals that had to serve for the nourishment of the priests were slaughtered according to special rites, they were not murdered, as is the case nowadays".